Au « Клуб Жаркий » (Club Jarky) à Tunis, les « zakouski » à la russe

Crédit photo: © Fedor Kondratenko / 123RF


D’un pays à l’autre, les us et coutumes changent mais gardent toujours un fonds commun.

Ainsi en est-il de la « kémia » (« كمية », en dialecte tunisien: hors-d’oeuvre ou amuse-gueules) et ses équivalents qui se déclinent de manière différente selon les pays.

Au Liban, on parlera de « mezzé » (« مازة », en dialecte libanais), en Espagne, ce seront des « tapas » et en Russie, on dira « zakouski » ou « zakouskis » (« закуски », en russe) pour évoquer la même chose. Nous parlons bien sûr de ce qui accompagne l’apéritif sous tous les cieux !

 

 

Proposés dans des raviers, plusieurs petits plats et des amuse-bouche ont des saveurs conjuguées et des vertus apéritives.

Ces petits mets qu’on grignote différent selon les contrées et ont souvent des saveurs inédites pour celui ou celle qui les découvre.

Ainsi, la « zakouska » (« закуска », en russe) constitue un véritable apprentissage pour le palais tunisien.

A base de salades, de beignets et de boulettes, cette « zakouska » a en Tunisie un lieu de prédilection.

 

Jarky
La « zakouska » au caviar et aux oeufs d’Esturgeons (Crédit photo: © Alexander Podshivalov / 123RF)

 

Il s’agit du « Klub Zharkiy » (« Клуб Жаркий », en russe: Club Jarky), qui chaque semaine réunit les Russes, les russophones et les amis tunisiens de la Russie.

Installé dans les locaux du centre culturel russe de Tunis, ce club offre de véritables découvertes de l’univers culinaire russe.

Parmi les salades proposées, la « Seledka pod Chouboi » (« сельдь под шубой », en russe: hareng en fourrure ou hareng sous un manteau de fourrure), ou tout simplement « chouba » (« шуба », en russe: fourrure) est une salade aux harengs qui prend la forme d’un hachis de carottes, pommes de terre, betteraves et cornichons ».

 

Jarky
« Seledka pod Chouboi », dit « hareng en fourrure (Crédit photo: © Anne Desplancke – On Dine Chez Nanou)

 

Cette salade est proche de la fameuse « Vinaigrette », un plat russe des plus typiques avec les mêmes ingrédients mais sans harengs ni mayonnaise. De même, la « Russkiy salat » (salade russe), qui s’écrit « Cалат Русский » au pays de Léon Tolstoï, a le même profil. Elle est également appelée « salade Olivier » (en référence à son inventeur Lucien Olivier, chef belge du célèbre restaurant moscovite L’Ermitage, situé place Troubnaïa, dans les années 1860-ndlr). Cette salade russe qu’on retrouve sur les cartes de plusieurs de nos restaurants comprend des petits pois, betteraves, carottes auxquels on ajoutera des tranches de jambon.

 

 

L’apéritif à la russe comprend aussi des beignets frits qui, pour la couleur, sont aussi bruns que nos fricassés. Nommés  « pirojki » ou « pirojkis » (« пирожки », en russe), ces petits chaussons (les empenadas russes) qui peuvent être farcis à la viande hachée (bœuf), à la pomme de terre, au fromage, au chou ou aux pois chiches. Ils sont l’équivalent de les « empanadas » chez les Hispaniques ou nos fameux « banadhej » (« البناضج », en arabe)

 

Jarky
Les « pirojki » (Crédit photo: © Vanessa – Gossip Girl)

 

Enfin, les « Kotleta » (« Котлета », en russe: côtelettes) sont des mets des plus appréciés. Il s’agit de boulettes de viande hachée aux petits oignons qui ressemblent un peu à notre « kefta ».

 

Jarky
« Kotleta » (Crédit photo: © Mom-Story.com)

 

Au Club Jarky qui, rappelons-le, est un cercle privé, plusieurs de ces spécialités sont à l’ordre du jour et donnent des saveurs russes à un apéritif entre compatriotes et amis.


Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protégé !!