Chez Salem, « Ftira » à l’oeuf sur le pouce !

Crédits photo: Abdel Aziz HALI – © Copyright mangeonsbien.com


Chaque matin, ils sont nombreux à Nabeul à faire la queue devant la boutique de Salem Ben Sassi pour s’arracher une « Ftira »(beignet) à l’oeuf. Moelleuse à souhait de l’extérieur et suffisamment croustillante de l’intérieur avec un oeuf « mraoueb » (c’est-à-dire à la coque) semblable à celui d’une « Brick », ce délice, servi dans une assiette en aluminium, est un must pour les amateurs des petits déjeuners sur le pouce.

 

 

Cadres, banquiers, commerçants, ouvriers, instituteurs, écoliers, lycéens ou femmes âgées avec leur « safsari » se rencontrent dans ce coin sis à la mythique avenue Habib Bourguiba, où l’odeur de l’huile de friture enchante les papilles, chaque jour, de 6:00 du matin jusqu’à 19:00.

 

Ftira
Des clients en train de manger une « Ftira » à l’oeuf chez SalemSalem en train de casser un oeuf sur un beignet (Crédits photo: Abdel Aziz HALI – © Copyright mangeonsbien.com)

 

Tout a commencé avec Am Béchir, le grand-père de Salem, et doyen de cette dynastie de Ftairias, quand il décida de louer en 1930 ce local de M. Émile Haddad, un juif nabeulien.

 

Ftira
La devanture de la boutique de Salem BEN SASSI et ex-propriété d’Émile HADDAD sur l’avenue Habib BOURGUIBA à Nabeul. (Crédit Photo: Zied BOUZID – mangeonsbien.com)

 

Ensuite, c’était le tour de père de Salem en 1969 de prendre le relais. 31 ans après, Salem reprit le flambeau à son père, et depuis, il perpétue la tradition des Ben Sassi en tenant avec maestria les commandes de sa poêle à frire avec l’aide de son lieutenant de toujours, Youssef Hosni, et de deux autres ouvriers.

 

Ftira
Lotfi en train de frire les Fricassés sous le regard bienveillant de Salem BEN SASSI, le Maître des lieux. (Crédit Photo: Zied BOUZID – mangeonsbien.com)

 

Outre la délicieuse « Ftira bel aâdhma » (beignet à l’oeuf) ou la « Ftira bel laâssal » (beignet arrosée su sirop de sucre), les beignets naturels et surtout leurs somptueux Fricassés ainsi que leur « Maqroudh » et leurs « Youyous » (orthographiés aussi « Yoyos ») sans oublier les « Zlabia » ne laissent personne indifférent.

Un coin qui vaut vraiment le détour vu l’authenticité des lieux ! À visiter et à revisiter !


Articles dans le même thème:

Sa majesté le Fricassé se fait toujours désirer… – Par Hatem BOURIAL

Les mille reflets du « maqroudh » kairouanais – Par Hatem BOURIAL

« Youyou » à l’eau de fleur de géranium rosat – Par Souad HAMMOUDA

Douceurs ramadanesques (I): « zlabia » à l’eau de fleur d’oranger & safran – Par Abdel Aziz HALI

Ramadan d’antan: quand les Beys de Tunis se procuraient leur « zlabia » à Nabeul – Par Mohamed Rached KHAYATI


 

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *