Hammamet – Festival des agrumes 2017: l’oeil de Mangeons bien


La 6ème édition du festival des agrumes de Hammamet a démonté, hier (le 26 fevrier 2017) son chapiteau qui était dressé au pied du vieux Fort de cette Cité millénaire. Pour ceux qui ont raté cet événement agrumicole, organisé durant deux jours par l’Association d’éducation relative à l’environnement de Hammamet (A.E.R.E.), « mangeons bien » vous propose un feedback sous forme de photoreportage. 


 

La 6ème édition du Festival des agrumes a dressé son chapiteau devant le vieux Fort de la ville. (Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.tn)

 

Si Menzel Bouzelfa et Béni Khalled demeurent les deux fiefs de la production des agrumes en Tunisie, plusieurs ignorent que la ville de Hammamet, grâce à ses vergers, est le berceau du patrimoine agrumicole de la région du Cap Bon.

 

Certes, avec la politique de l’État axée sur le tourisme de masse, débutée fin années 1960 avec feu Amor Chachia, l’expansion urbanistique de la ville a pris le dessus sur les zones vertes tout en réduisant comme un peau de chagrin la superficie du fameux triangle des champs d’agrumes à moins de 450 hectares.

 

Jamel BEN ZAHRA, un producteur local( Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.tn)

 

Si les unités hôtelières et les Night Clubs font la renommée de cette citée balnéaire, la ville de Hammamet est aussi appréciée  pour la qualité de ses agrumes à travers ses citronniers centenaires, la douceur de ses bergamotes et surtout par l’excellence de ses cédrats sans oublier ses mythiques « lim beldi » (limoni cotti).

 

Au total 15 exposants étaient au rendez-vous pour cette cette 6ème édition du Festival.  Et pour le volet culinaire, plusieurs artisans ont proposé des produits en relation avec les agrumes (confitures, marmelades, jus d’orange, gâteaux aux agrumes, chocolats, etc.).

 

« L’objectif principal de cet événement est de sensibiliser les visiteurs de ce festival sur les périls qui guettent le patrimoine agrumicole hammametois, notamment, les variétés qui risquent de disparaitre de nos étals. Malheureusement, les vergers locaux sont de plus ne plus sous la menace d’un urbanisme qui n’a cessé de gagner du terrain sans parler de l’impact du changement climatique et l’invasion de la nappe phréatique par l’eau de la mer à cause de la surexploitation des eaux de surface par les unités hôtelières de la région.« , souligne M. Nabil El-Asmi, membre de l’AERE-Hammamet.

 

Une explosion de couleurs sur le étals (Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.com)

 

À en croire M. El-asmi, faute de politique ciblant les variétés rares, par exemple, la production du fameux « lim beldi » est en train de baisser année après année.

 

« Si on va continuer sur cette lancée, il viendra le jour où il n’y aurait plus de « lim beldi » sur le marché. La sonnette d’alarme a déjà sonné, mais malheureusement, il n’y a pas de répondant du côté des autorités agricoles. D’ailleurs, les vergers de Hammamet comptent plusieurs variétés qui peuvent être exploitées pour donner une valeur ajoutées à nos exportations. Je cite par exemple, le « Karess Belsian » (citron doux) qui est de plus en plus rare et très prisé pour faire des citronnades. Il y a aussi le Cédrat l’ancêtre de tous les agrumes et qu’on le trouve déjà dans les mosaïques romaines. D’ailleurs, le Prophète « salla lahou aleyhi wa salem » (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) avait déjà cité le cédrat dans l’un de ses hadiths (récits). », ajoute-t-il.

 

Mais qui dit agrumes, dit produits de transformation. Les marmelades et surtout les pots de confitures artisanales étaient les stars de ces deux jours de Festival. Kumquat, maltaises, citron, sanguines et bigarades étaient exposées en confitures et prêtes à badigeonner vos tartines.

 

Des marmelades à l’orange et relevées au gingembre (Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.com)

 

Autre fait marquant dans cette exposition, nous signalons la présence d’artisanes pâtissières qui proposaient des cakes à base de plusieurs variétés d’oranges, c’est le cas avec Claudia, une suissesse qu’on a déjà rencontré dans le marché de Noël de Hammamet et l’Association Ghaith.

 

Les chocolats fourrées de pâtes à base d’oranges maltaises étaient aussi au RDV à travers l’exposition de Mme. Ines Chaouch.

 

Des chocolats fourrées avec une pâte à base d’orange. (Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.com)

 

« Mes chocolats « Saveur » sont sans additifs alimentaires ni produits chimiques. », fait-elle savoir.

L’artisane pâtissière a non seulement mis l’accent sur le côté healthy, mais, aussi, elle a accordé de l’importance sur la présentation en emballant ses chocolats dans coffrets présentables qu’on peut offrir à sa fiancée ou à sa petite amie lors d’un dîner entre amoureux.

 

Finalement, l’édition de 2017 était une occasion pour présenter les agrumes autrement… Mission accomplie!


Pour les curieux, voici ci-dessous nos coups de coeurs (pages Facebook) des Artisans rencontrés au Festival:


2 Commentaires sur “Hammamet – Festival des agrumes 2017: l’oeil de Mangeons bien

  1. Pingback: Cheesecake aux agrumes facile & pas cher ! - Mangeons bien

  2. Pingback: Inratable: gâteau fait maison au yaourt & à l'orange - Mangeons bien

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protégé !!