L’Auberge de Tamezret: ce paradis gastronomique qui sort d’un petit « Houch » berbère

Crédits photo: Patrick BOURSEAUX – L’Auberge de Tamezret


C’est le pari fou de Patrick Bourseaux, un citoyen belge: plier bagage avec son épouse Sabrine pour s’installer dans le Sud de la Tunisie et transformer un petit « Houch* » (« الحوش », en arabe) dans l’ancien village berbère de Tamezret en une somptueuse auberge rehaussée, depuis 2016, d’une table d’Hôtes.

Situé au Sud-est du pays, à 12 kilomètres de Matmata et à environ 2h30′ de Djerba, l’Auberge de Tamezret est un véritable havre de paix dans un paysage digne d’un Western spaghetti à la sauce de Sergio Leone.

 

 

En effet, c’est 2015 que tout a commencé. Séduits par l’authenticité des lieux, Patrick et Sabrine ont décidé de faire d’un ancien manoir en ruine la meilleure Maison de charme de la Tunisie comme en témoigne le prix du Travel d’Or 2017 de la meilleure Maison d’Hôtes remporté le 30 avril dernier.

 

Auberge
Mise en place de petit déjeuner à l’Auberge de Tamezret (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

« Nous étions à la recherche d’une maison. L’idée de départ était de trouver une formule qui nous permettait d’éviter de devoir embaucher du personnel dès le premier jour. Notre choix est finalement tombé, par hasard, sur un petit « Houch » à Tamezret. Cette ancienne habitation a probablement quelques centaines d’années. Malheureusement, il n’y a pas moyen d’en savoir plus. Comme toutes les maisons anciennes, il est composé de deux parties: les grottes et les constructions en pierre à l’extérieur. La partie “troglodyte” pourrait atteindre un âge millénaire mais ici aussi, pas d’infos. », souligne le Maître des lieux, Patrick Bourseaux.

Initialement, le « Houch » se composait de dix pièces pièces et de trois grottes. Mais les Bouseaux ont voulu apporter leur touche en réaménageant la “Skifa” (l’entrée qui mène vers l’intérieur de la maison traditionnelle-Ndlr) en bureau et buanderie. En revanche, pour ce qui est de l’ancienne cuisine, celle-ci a été agrandie et est devenue un “laboratoire de cuisine ».

 

Auberge
Un aperçu sur la cuisine de l’Auberge de Tamezret (Crédits photo: Patrick BOURSEAUX)

 

Pour les sanitaires, trois des dix pièces sont devenues: un W.C., un magasin pour le stockage et une chambre privée. Et à l’étage, une chambre a été transformée en salon et les quatre pièces restantes ont été combinées en deux chambres avec chacune une salle de bain. Enfin, pour les trois grottes, l’une est une chambre d’hôte avec une salle de bain, la deuxième a été réaménagée en  “salle à manger” et la troisième n’est pas encore exploitée.

« À la différence de la majorité de maisons d’hôtes implantées dans un « houch » traditionnel, nous avons décidés de combiner les chambres (d’une taille habituelle de 2-3mx7-8m) pour avoir plus de place et de confort. Ce qui nous limite à trois chambres, mais c’est absolument suffisant. Ces pièces entourent une cour intérieure que nous pensons aménager au fur et à mesure pour pouvoir y servir les repas. », rajoute Patrick.

 

Auberge
La porte-fenêtre de la Suite « Oumema » (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

Ainsi, le coin dispose de trois belles chambres de luxe avec un style architectural unique en son genre:

  • La chambre « Toumadir »: une pièce avec un lit double et une grande terrasse qui offre « une vue incroyable sur le Grand Erg Oriental ».
  • La chambre « Dahya »: une pièce double, creusée dans la roche de Tamezret, qui peut accueillir trois personnes.
  • La chambre « Oumema »: une Suite nichée dans un ancien « Hannout » (épicerie du village) équipée d’un lit double et d’un salon pouvant loger trois âmes supplémentaires.

 

 

« La décoration est “mixte”. Contrairement aux maisons décorées 100% design nouveau. Comme il s’agit de notre foyer, nous y avons incorporé nos peintures, articles décoratifs, bibelots, vaisselle, etc… Petit à petit, nous ajoutons des décorations d’artisanat local (tapis, couvertures, coussins, tissus…). Nous avons essayé d’y offrir un confort et une finition moderne avec des sanitaires de premier choix, des tuyauteries et une installation électrique non-apparents. », fait savoir M. Bourseaux.

 

Auberge
Le lit de deux places dans la chambre « Toumadir » (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

L’Auberge dispose également de deux terrasses, l’une privatisée de la chambre « Toumadir » et l’autre accessible mais difficilement exploitable surtout avec le soleil de plomb et le vent sec du Sud tunisien. Mais, nous l’a signalé, Patrick, une solution est en gestation afin de pouvoir l’exploiter dorénavant.

 

Auberge
Une  double vue sur la terrasse de l’Auberge et le village de Tamezret (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

« Nos clients résidents sont de toutes nationalités confondues et se divisent à 50/50 entre touristes de l’étranger et les résidents tunisiens / étrangers (du couple en voyage de noces, en passant par les motards en vadrouille, au retraités en ballade dans le sud). », précise Patrick Bourseaux.

 

Auberge
Mise ne place sur la terrasse (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

Un table qui mérite une étoile du Guide rouge

Mais ce qui distingue cette Maison d’Hôtes de ses semblables, c’est que le duo Patrick & Sabrine proposent à leur clientèle dans le dîner et le petit-déjeuner de leur séjour en demi-pension une large palette de cuisine du monde sans pour autant renier les délices du patrimoine culinaire local (Ex: ragoût de viande de dromadaire, « mtabga », etc.) ou national (Ex: « Tajine el-Bey », « mesfouf », etc.).

 

Auberge
Le fameux ragoût à la viande de dromadaire: une spécialité du Sud tunisien (Crédits photo: Patrick Bourseaux)

 

Ainsi, tel un restaurant étoilé ou une table à trois fourchettes, les fins gourmets peuvent apprécier des amuses-bouches très bien recherchés et des entrées froides ou chaudes dignes d’êtres mentionnées dans le Guide Michelin.

 

 

Quand aux plats de résistance, ces derniers sont préparés avec beaucoup de soin et d’amour où le raffinement de la gastronomie française vient côtoyer les délices de la cuisine italienne et les saveurs subtiles des fourneaux helvétiques voire même celles de la Wallonie ou de la Flandre.

 

 

Du saumon à la viande de chevreuil passant par le plaisir du foie gras, les passionnés de l’Art culinaire trouveront dans ce petit paradis de la bonne bouffe leur Graal.

 

 

« Ouverts en principe 365 jours l’année, nous avons malheureusement parfois des engagements (achats, foires, etc.) qui nous obligent à “fermer”. Mais la plupart du temps, nous arrivons à planifier ces fermetures (rares et courtes) pendant des périodes creuses. », insiste Patrick.

 

 

« Notre emplacement un peu isolé (1h de route pour Gabès) nous oblige aussi à n’accepter des clients que sur réservation (minimum 72h à l’avance) afin de nous permettre de travailler avec des produits frais. », ajoute-t-il.

 

 

Manifestement, pour les amateurs des desserts futés – entre gâteaux faits-maison et douceurs réinventées – et avec un « Foodservice » de Palaces, chez les Bourseaux, la déception est toujours aux abonnés absents  !

 

 

Voilà une adresse qu’il faut visiter au moins une fois dans sa vie !


Pour les curieux:

 

  • Adresse: L’Auberge de Tamezret, Code postal: 6054 – Tamezret – Gabès – Tunisie

 

 


« Houch* » (« الحوش », en arabe): C’est l’équivalent d’un manoir dans le dialecte des habitants de la région du Sud-est tunisien et essentiellement à Djerba. Il est généralement de forme carrée ou rectangulaire et bâti sur une surface de quelques hectares. Il est généralement entouré de grottes (Matmata) ou d’un flan de Djebel ou de hautes levées de terre avec des Figuiers de Barbarie appelées « tabia », jouant le rôle d’une muraille.


 

Un commentaire sur “L’Auberge de Tamezret: ce paradis gastronomique qui sort d’un petit « Houch » berbère

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *