Guide Michelin 2018: le chef Abdelkader Belfatmi fait honneur au Maghreb


Crédit photo: La Cocotte


Ça y est ! C’est fait ! À l’image du célèbre chef français, Philippe Etchebest, le jeune Abdelkader Belfatmi a décroché, cet après-midi, sa première étoile. Une belle récompense pour ce Lillois d’origine marocaine.

À peine 30 ans au compteur, ce professionnel de la gastronomie fine est le seul maghrébin figurant dans le prestigieux palmarès 2018 du guide Michelin.

Ouvert depuis 2015 au 944, avenue de la République à Marcq-en-Barœul (une commune française du département du Nord en région Hauts-de-France, faisant partie de l’ensemble Lille Métropole – ndlr), son restaurant « Le Marcq » — dirigé avec sa compagne Marine Philippo, qui officie en salle — entre de plain-pied dans le panthéon des adresses titulaires d’un macaron.

 

Belfatmi
Abdelkader Belfatmi et son épouse Marine Philippo (Crédit photo: Le Marcq)

 

Au total, pour l’édition 2018, le nombre d’étoilés a atteint 621, soit 5 de plus qu’en 2017, avec une présence assez remarquée des chefs étrangers.

Si les restaurants du Meilleur ouvrier de France (MOF), Christophe Bacquié dans le Var au Castellet et La Maison des Bois à Manigod du célèbre cuisinier au chapeau noir Marc Veyrat ont décroché des 3 étoiles, le guide rouge compte désormais 57 nouveaux chefs distingués.

 

Belfatmi
Marc Veyrat avec sa brigade vétu de son célèbre chapeau noir (Crédit photo: Fine DINING LOVERS)

 

Les étoiles: comment se déroule le processus ?

L’institution du guide Michelin s’appuie sur une large réseau d’inspecteurs, dont le nombre est un véritable secret d’État. Seuls ou en groupe, ces sentinelles de guide rendent visite de façon anonyme aux restaurant pour tester les plats et les noter. Ces inspecteurs du « greater good » payent leur addition et rendent, par la suite, leurs fiches d’évaluation au guide Michelin.

 

Belfatmi
Christophe Bacquié avec Emmanuel et Brigitte Macron (Crédit photo: Var-matin)

 

Il reste à signaler qu’un établissement peut être testé plusieurs fois, selon cinq critères:

  • Choix des produits,
  • Maîtrise des cuissons et des saveurs
  • Personnalité de la cuisine
  • Constance (régularité)
  • Rapport Qualité/Prix

Malgré, les accusation d’opacité, de copinage et de favoritisme voire même de prendre des décisions « politiques » au profit de personnes influentes dans le milieu de la gastronomie, le guide Michelin demeure la référence en matière de classement des meilleurs restaurants avec « The World’s 50 Best Restaurants » du magazine britannique « Restaurant ».

Mangeons bien vous présente le palmarès détaillé de l’édition 2018:

Les nouveaux 3 étoiles

  • « La Maison des Bois » à Manigod – Marc Veyrat
  • « Christophe Bacquié » (Hôtel Le Castellet) au Var – Christophe Bacquié

Les nouveaux 2 étoiles

Les 5 promus dans le cercle des 85 restaurants aux deux macarons:

  • « Au 14 Février » à Saint-Amour-Bellevue – Tsuyoshi Arai
  • « Takao Takano » à Lyon – Takao Takano
  • « L’Auberge du Père Bise » à Talloires – Jean Sulpice
  • « L’Hostellerie Jérôme » à La Turbie – Bruno Cirino
  • « Flaveur » à Nice – Gaël et Mickaël Tourteau

Le club des nouveaux étoilés

Enfin, le célèbre guide rouge comptabilise, désormais, 508 tables auréolées d’une étoile:

Île-de-France :

  • « Alan Geaam » (16e) – Alan Geaam
  • « L’Arcane » (18e) – Laurent Magnin
  • « Le Chateaubriand » (11e) – Inaki Aizpitarte
  • « Comice » (16e) – Noam Gedalof
  • « Copenhague » (8e) – Andreas Moller
  • « Le Domaine de la Corniche » à Dampmart (77e) – Julien Razemon
  • « L’Ecrin » (8e)- Christopher Hache
  • « Emporio Armani Caffè » (6e) – Massimo Tringali
  • « Étude » (16e) – Keisuke Yamagishi
  • « Jean Chauvel » à Boulogne-Billancourt (92e) – Jean Chauvel
  • « Ken Kawasaki » (18e) – Ryhoei Kawasaki
  • « Loiseau Rive Gauche » (ex Tante Marguerite) » (7e)- Maxime Laurenson
  • « Mavrommatis » (5e) – Andréas Mavrommatis
  • « Montée » (14e) – Takayuki Nameura
  • « Pertinence » (7e) – Ryonosuke Naito et Lew Shiao
  • « Le Quincangrogne » à Dampmart (77e) – Franck Charpentier
  • « Quinsou » (6e) – Antonin Bonnet Quinsou
  • « Table-Bruno Verjus » (12e) – Bruno Verjus

Nord-Est :

  • « Le Marcq » à Marcq-en-Baroeul – Abdelkader Belfatmi
  • « Château de Courban » à Courban -Takashi Kinoshita
  • « Jérôme Feck » à Châlons-en- Champagne – Jérôme Feck
  • « La Merise » à Laubach – Cédric Deckert
  • « L’O des vignes » à Fuissé – Sébastien Chambru
  • « Transparence » à Nancy – Patrick Fréchin

Nord-Ouest :

  • « L’Auberge de Bagatelle » à Le Mans – Jean-Sébastien Monné
  • « Auberge Grand’Maison » à Mûr-de-Bretagne (22) – Christophe Lefur
  • « L’Essentiel » à Deauville – Charles & Mi-Ra Thuillant
  • « L’Hysope » à La Rochelle – Nicolas Durif
  • « Ima » à Rennes – Julien Lemarie
  • « Intuition » à Saint-Lô – Mickaël Marion
  • « Le Pousse Pied » à Tranche-sur-Mer – Anthony Lumet

Sud-Est :

  • « L’Atelier Yssoirien » à Issoire – Dorian Van Bronkhorst
  • « L’Emulsion » à Bourgoin-Jallieu – Romain Hubert
  • « Les Fresques » à Evian – Patrice Vander
  • « Lou Cigalon-Maison Martin » à Valbonne – Christophe Martin
  • « Louison » à Aix-en-Pce – Gérald Passédat
  • « La Table de la Ferme » à Sartène, Corse – Mathieu Pacaud
  • « La Table de Manville » à Baux-de-Pce – Matthieu Dupuis-Baumal
  • « U Santa Marina » à Porto-Vecchio, Corse – Nicolas Le Cheviller

Sud-Ouest :

  • « L’Almandin » à Saint-Cyprien – Christophe Schmitt
  • « Auberge de la Tour » à Marcolès – Renaud Darmanin
  • « La Barbacane » à Carcassone – Jérôme Ryon,
  • « Chapelle Saint-Martin » à Limoges – Gilles Dudognon
  • « Château de Cordeillan-Bages » à Pauillac – Julien Lefebvre
  • « Garopapilles » à Bordeaux- Tanguy Laviale
  • « Le Grand Cap » à Leucate – Erwan Houssin
  • « Le Jasmin » à Villeneuve-sur-Lot – Michel Vico
  • « La Promenade » à Verfeil – Nicolas Thomas
  • « SEPT » à Toulouse – Guillaume Momboisse,
  • « Le Quatrième Mur » (table d’hôte) à Bordeaux – Philippe Etchebest

Pour la prochaine édition, nous souhaitons au « Restaurant Plume » du chef tunisien Youssef Gastli le même sort que l’établissement « Le Marcq » d’Abdelkader Belfatmi !


 

3 Commentaires sur “Guide Michelin 2018: le chef Abdelkader Belfatmi fait honneur au Maghreb

  1. Pingback: Gastronomie: où sont les cheffes? - Mangeons bien

  2. Pingback: De la rue à l'étoile Michelin: l'incroyable destin du libanais Alan Geaam - Mangeons bien

  3. Pingback: Demain soir sur France 2, Stéphane Bern nous racontera "La fabuleuse histoire du restaurant" - Mangeons bien

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *