Le Figaro Magazine | Quand Maurice Beaudoin encense le restaurant d’un couple franco-tunisien !


Avec Michel Piot, Henri Gault & Christian Millau, Philippe Couderc, Claude lebey, Jean-Claude Ribaut ou Nicolas de Rabaudy; Maurice Beaudoin fait partie de la première génération des journalistes et citriques gastronomiques en France.

Et pour lancer Le Figaro Magazine en octobre 1978, Robert Hersant fit appel à lui pour former une équipe avec Louis Pauwels et trois autres collaborateurs dans un bureau de 40 m², 83, rue Montmartre, à Paris (France).

 

Le Figaro Magazine
Le journaliste et critique gastronomique, Maurice Beaudoin (Source photo: Le Figaro)

 

Plus de quarante ans qu’il anime la rubrique gastronomie. Plus de quatre décades qu’il fréquente les meilleures tables françaises, les Palaces de Paris et les grands étoilés.

Aujourd’hui, avec Gilles Pudlowski, Maurice Beaudoin est l’un des critiques les plus redoutés de l’Hexagone. Rares sont les restaurants qui reçoivent le satisfecit de ce fin expert de la bonne « bouffe ».

Mais voilà, dans sa chronique « La table de Maurice Beaudoin » du dernier numéro du « Fig Mag » (Le Figaro Magazine, édition du 13 décembre 2019) intitulée « À Mi-Chemin, Paris | La maison du bonheur de Nordine et Virginie », le Maître de la critique gastronomique est tombé sous le charme d »« A Mi-Chemin » (31, Rue Boulard, Paris XIVe, France), un restaurant d’un couple franco-tunisien: Virginie et Nordine Labiadh (un chef originaire de la ville de Zarzis, gouvernorat de Médenine).

 

Le Figaro Mgazine
L’article de Maurice Beaudoin publié sur la version papier du « Fig Mag » (Le Figaro Magazine), le vendredi 13 décembre 2019.

 

Le journaliste n’y va pas par quatre chemins en donnant le la dans son article avec ces mots très élogieux: « Pas de préambule: foncez-y. À Mi-Chemin, c’est comme une fresque retrouvée dans une grotte inexplorée, un vestige d’une époque où l’on se régalait sans se poser des questions. ».

Maurice Beaudoin ne s’arrête pas là. Sa plume de critique chevronné va loin en allant comparer la cuisine fusion de Nordine Labiadh — un métissage entre les produits du terroir française et les saveurs de sa Tunisie natale —  à celle du grand chef étoilé et l’un des fondateurs de la « nouvelle cuisine »Michel Guérard dans son ancien bistrot d’Asnières-sur-Seine (1965-1974), le mythique « Pot-au-feu ».

 

Le Figaro Magazine
Chef Nordine Labiadh (G) et son épouse Virginie (D): un couple à mi-chemin entre amour et complicité (Crédit photo: © Gilles Pudlowski – gillespudlowski.com)

 

Le doyen du « Fig Mag » ne rate pas l’occasion pour tacler l’aveuglement du guide rouge face aux béatitudes de la Maison de Virginie et Nordine Labiadh, en écrivant: « À Mi-Chemin » existe depuis longtemps, mais le Michelin n’a rien vu, privant ses lecteurs d’une belle adresse, alors que le Pudlo Paris l’a couronné à plusieurs reprises. ».

 

« À Paris, il n’existe plus de restaurant de ce style. »

… dixit Maurice Beaudoin (Le Figaro Magazine, numéro du 13 décembre 2019)

 

Toujours selon le journaliste culinaire: « Oui, il faut foncer découvrir le remarquable chef franco-tunisien Nordine Labiadh, qui sait magnifier des produits modestes, comme les coques au romarin, les couteaux rôtis en cocotte minute, les bricks de boudin noir aux framboises… Un chef qui réussit parfaitement la cuisson d’un pavé de boeuf du Limousin ou la pastilla de canard à l’orange croustillante. ».

 

Nordine
Nordine en train de préparer sa Mloukhiya (Crédit photo: © Fabrice Veigas)

 

Manifestement, à en croire cet expert des bonnes tables de la Ville Lumière, « À Mi-Chemin, on est heureux, il y a du monde et une ambiance rustique et élégante. ». Il renchérit: « Virginie, la patronne en salle; Nordine, le patron en cuisine. L’un et l’autre font régner une atmosphère chaleureuse et amicale. On se sent bien. On envie d’y avoir ses habitudes. De revenir pour commander les coquilles Saint-Jacques si goûteuses, la cocotte façon bouillabaisse, le couscous du vendredi, la mousse aux marrons-fondant chocolat noir. Gentillesse et bonté règnent ici. ».

 

Le Figaro Magazine
Nordine et Virginie présentant leur fameux couscous du vendredi (Crédit photo: © Gilles Pudlowski – gillespudlowski.com)

 

Quel magnifique billet venant consolider la réputation de ce tandem franco-tunisien, dont le service, l’accueil ainsi que la générosité ne laissent personne indifférent comme en témoigne les félicitations du Maire de la ville de Paris, Anne Hidalgo, suite à la recommandation de leur restaurant par le supplément « Le Parisien Week-End » (le numéro du 7 juin 2019).

Bravo Virginie et Nordine !

 


Pour les curieux:

  • Adresse: À Mi-Chemin, 31, Rue Boulard (Paris XIVe), 75014 Paris, France

 

 

 


Articles dans le même thème:

Chefs tunisiens, prenez exemple sur Nordine Labiadh – Par Abdel Aziz HALI

À Paris, le chef tunisien, Nordine Labiadh félicité par Anne Hidalgo ! – Par Abdel Aziz HALI

France 2 | JT de 20h : les couscous du chef Nordine Labiadh à l’honneur ! – Par Abdel Aziz HALI

À Paris, chef Nordine Labiadh remporte le Prix du 31e concours de l’UVA Corse – Par Abdel Aziz HALI

Mseddi, Labiadh, Fgaier, Bouzidi, etc…: les chefs tunisiens à l’honneur ! – Par Abdel Aziz HALI


 

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protégé !!