Yom Kippour J-1 & jour J: couscous aux boulettes de poulet, « braïnia », « boulou », citronnade, « boukha Bokobsa », boutargue, etc…

Crédits photo: La Tunisienne


Yom Kippour (jour du grand pardon) et Achoura seront célébrés, le samedi 30 septembre 2017, soit 10 jours après le Roch Hachana (le jour de l’An juif) et le Ras el-Âam el-Hejri (le premier jour de Muharram, selon le calendrier musulman).

 

« Pour ceux qui ne le savent pas, à la veille de Kippour, on sacrifie un poulet, cela s’appelle : faire les « kaparottes ». Dans mon enfance à Nabeul, le rabbin passait dans les familles pour égorger les poulets (coq pour les garçons et poule pour les filles) et faisait tourner 3 fois le poulet au dessus de la tête de chaque membre de la famille  et pratiquait ensuite l’abattage rituel du poulet en récitant un texte religieux. Le sacrifice du poulet consiste en quelque sorte à transférer l’éventuelle sanction que Dieu a décidé contre nous vers le pauvre poulet. Ouf ! On peut remettre les compteurs à zéro. », souligne Fradji Guez, un Tunisien de confession juive.

 

Et toujours, selon les traditions chez nos compatriotes de confession juive, cette fête nécessite trois démarches essentielles : le jeûne, la prière et l’aumône.

 

La veille du Yom Kippour

La veille de Yom Kippour, les juifs tunisiens préparent un repas de fête consistant pour aider à supporter le jeûne très strict qui s’en suivra. Ainsi, d’après les us de la communauté judéo-tunisienne, à J-1 de ce jour du pardon, on prépare les mets suivants:

  • Vers midi, le fameux couscous aux boulettes de poulet sans pomme de terre et les foies de poulet grillés que tout le monde doit goûter.

 

Yom
Couscous aux boulettes de poulet (Source photo: La Tunisienne)

 

  • Le soir, vers 18:00, un poulet rôti et un bouillon de nouilles préparé avec la carcasse du poulet.

 

Des coings au clou de girofle pour supporter le jeûne

Le jour du Yom Kippour, il est de coutume de sentir des coings au clou de girofle pour supporter le jeûne plus facilement. 

 

Yom
Le coing au clou de girofle de Kippour (Source photo: En cuisine by Rachel)

 

« Pour cela, il vous faut choisir des coings de taille moyenne, les enrober de clous girofle en poudre et les couvrir d’un torchon humide. Tous les deux jours, ouvrir le torchon et tourner les coings de façon a ce que la surface du fruit prenne la couleur brune des clous de girofle. Et le jour de Kippour, allez fièrement à la synagogue avec votre coing à la main. », fait savoir Rachel.

 

Le soir de la sortie 

Enfin, pour le soir de la sortie du Yom Kippour, nous frères de la communauté judéo-tunisienne dressent sur leur table les mets suivants:

 

citronnade
Un verre de citronnade chez Sahbi Boughzela à Nabeul (Crédit Photo: Abdel Aziz HALI – mangeonsbien.tn)

 

 

 

  • La « braïnia »: un plat à base de poulet, de pois chiches et d’aubergines d’oignons confits,
  • Une poule farcie de « dabahiya » (une sorte d’omelette à base de foie de poulet, de petits morceaux de poulet, d’oeufs trouvés à l’intérieur du poulet, etc.),

 

 

  • Le « boulou » (un pain sucré aux amandes),

 

Yom
Le boulou tunisien (Source photo: Dans le cuisine de Houda)

 

  • Et les confitures de grenades et de coings.

 

Ketiva ou Hatima Tova, et bon Yom Kippour !


Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *