Comment se prépare une harissa traditionnelle ?

Crédits Photos: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com



Récolté à la main à partir de la mi-août, le piment est transporté vers l’atelier ou dans le grenier. Ensuite, triée pour éliminer les piments abimés. Une partie de la récolte est utilisée fraîche pour la réalisation de la sauce piquante (harissa cuite à la vapeur), tandis qu’une grande partie est mise à sécher afin de la transformer en harissa traditionnelle ou la réduire en poudre (Paprika).

 

Des jeunes pousses de piment rouge (Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

« Avant de passer au séchage, l’agriculteur doit passer par une étape de « cordage » qui nécessite un bon savoir-faire. Les cordes sont mises à sécher au soleil, sous forme de guirlandes de piments rouges. Caressés par les rayons du soleil, les piments acquièrent leur puissance aromatique et surtout leur saveur »souligne M. Imed ATTIG, artisan spécialiste dans la fabrication de l’Harissa.

Des piments rouges dans un couffin en alfa avec une aiguille et une corde de sparte. (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

« L’étape de séchage est essentielle et longue. Elle permet aux piments de se déshydrater lentement tout en poursuivant leur maturation.À la fin de ce processus, les guirlandes de piments sont stockées d’une façon verticale pour qu’ils ne pourrissent pas. », ajoute-t-il.

Des guirlandes de piments rouges séchés dans le patio de la Maison de l’Artisan à Maâmoura, au Cap Bon. (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

L’étape suivante, selon M. Attig, est l’effeuillage qui consiste à éliminer les pédoncules et les pépins, dits aussi graines, de la gousse du piment. 

Hayet, une paysanne de Maâmoura en train effeuiller des piments rouges séchés. (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

Cette étape est très importante car pour avoir une bonne harissa, il faut en éliminer le maximum. D’ailleurs, une Harissa très piquante peut irriter l’estomac. Certes, au fil de leur mûrissement, la concentration des antioxydants (Lutéoline, la Capsaïcine et la Quercétine) augmente. Or les pépins sur la membrane interne du piment, partie avec le plus fort taux de Capsaïcine, substance chimique responsable des sensations de brulures au contact des mains et du palais. 

L’effeuillage est une étape très importante dans le processus de fabrication d’une harissa traditionnelle. (Crédit photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

Après tout, du point de vue gustatif, le tour de force de l’harissa est dans sa signature en épices et non pas dans sa forte teneur en Capsaïcine!  

Le piment rouge séchés et l’ail: deux composants essentiels pour préparer une harissa traditionnelle. (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

«Puis, arrive la phase de broyage du piment effeuillé avec de l’ail beldi et du sel iodé à proportions différentes. Cette opération doit être refaite à plusieurs reprises pour l’obtention d’une harissa avec une texture homogène et une couleur éclatante et, surtout, un goût bien pimenté»précise M. Attig.

 

Hayet en train de préparer l’ail pour l’étape de broyage. (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

L’avant dernière étape est celle de l’ajout des condiments et des épices.

« Certes, beaucoup préfèrent une harissa basique pour assaisonner leurs plats, mais d’autres privilégient une harissa bien relevée en épices (gingembre, thym, menthe, fenouil, cumin, carvi, etc.). D’autres préfèrent un goût fumé, c’est-à-dire une harissa à base de piments séchés et fumés au feu de bois.», renchérit M. Attig.

 

Un échantillon de harissa basique (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 

Enfin, pour garantir une bonne conservation et « garder une bonne qualité organoleptique de notre Harissa« , l’artisan conseille les acteurs de la fabrication de cette sauce de privilégier « une mise en bouteille, dans des pots en verre avec des capsules hermétiques« , conclut M. Imed ATTIG.

Des bouteilles de harissa traditionnelle (Crédit Photo:Crédit Photo: Zied BOUZID – © Copyright mangeonsbien.com)

 


 

32 Commentaires sur “Comment se prépare une harissa traditionnelle ?

  1. Pingback: Poisson au citron, dit "Hraymi" !

  2. Pingback: "Marquet babbouch": ce plat berbère dont l'origine remonte à la civilisation capsienne - mangeons bien

  3. Pingback: Revisitée: "H'rissa hloua" au miel, fruits secs & "chamia"

  4. Pingback: À Dar Chaâbane El Fehi, la femme exhibe son art culinaire - mangeons bien

  5. Pingback: Fête de l’Harissa & du Piment: en route pour un "week-end" piquant à Nabeul - Mangeons bien

  6. Pingback: Rafik Jazi, alias "Khlila": l'Empereur de l'Harissa nabeulienne - Mangeons bien

  7. Pingback: Street food: "Slata méchouia", "Khobz tabouna" & poissons grillés au marché de Nabeul - Mangeons bien

  8. Pingback: "Makhsa": ce succulent plat traditionnel qui nous vient tout droit de Mahdia - Mangeons bien

  9. Pingback: Idée pour le menu du réveillon: et si on mangeait coréen, un "bibimbap" (비빔밥) ? - Mangeons bien

  10. Pingback: "Haja zamnia", "Mloukhiya", "Qlaya" & autres délices: chez Dar Mrad, on mange "Diari" ! - Mangeons bien

  11. Pingback: Chelbi, Ben Gabsia & Jazi: ces Templiers des saveurs d'antan - Mangeons bien

  12. Pingback: Chelbi, Ben Gabsia & Jazi: ces gardiens du temple des saveurs d'antan - Mangeons bien

  13. Pingback: Le piment rouge, un atout contre l'obésité & le cancer - Mangeons bien

  14. Pingback: Le piment rouge (fort), un atout contre l'obésité & le cancer - Mangeons bien

  15. Pingback: "Madfouna": une spécialité tunisienne qui se prépare avec amour & patience - Mangeons bien

  16. Pingback: Comment préparer une "Khobbiza" à la mode nabeulienne? - Mangeons bien

  17. Pingback: "Hag Pessa'h sameah" autour d'une bonne "chakchouka" !

  18. Pingback: La "chakchouka" du Pessa'h d'après la tradition juive à Nabeul - Mangeons bien

  19. Pingback: "Foul mdammes": un plat printanier et frugal - Mangeons bien

  20. Pingback: À Nabeul, chez Hassen Hariga: "lablabli" à la juive, 365 jours par an !

  21. Pingback: "Harisset el louz": un gâteau traditionnel de semoule aux amandes

  22. Pingback: "Chakchouket bitengel": l'équivalent de la "caponata" chez les Nabeuliens !

  23. Pingback: Face au "Chapati" & aux "Mlawis", le "Plat tunisien" fait de la résistance !

  24. Pingback: Snack à Tunis: "Sahfa Thoum" chez Faouzi Ouenniche à rue de Marseille

  25. Pingback: L'harissa tunisienne bientôt dans le patrimoine mondial de l'Unesco?

  26. Pingback: "Tartare de veau de lait à l'harissa"... Par Nordine Labiadh

  27. Pingback: "Marquet babbouch": ce plat berbère dont l'origine remonte à la civilisation capsienne - © mangeons bien

  28. Pingback: En vidéo | Nadia Assila Belhaj-Kacem: artisane du chocolat & du bonheur

  29. Pingback: New York | Maison Kayser : le sandwich "Tunisien" coûte plus de 26 DT

  30. Pingback: "El Yadha", dite "Harisset bsal": un délice printanier typiquement nabeulien

Ne soyez pas timides ... partagez votre avis!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protégé !!